Trans en Provence au fil de la Nartuby

Bèn vengudo à Tran

Souvenir de Trans

J'ai créé ce blog sur Trans en Provence parce que j'en suis originaire. J'ai voulu parler de mon village, de son histoire, de ses habitants, de son passé, pour que ce blog en soit un peu la mémoire. Je ne suis pas historienne, je n'ai nullement cette prétention, mais comme je suis curieuse de tout, j'aime bien savoir, alors je farfouille. Mes recherches généalogiques m'ont conduites à m'intéresser à l'histoire, la grande et la petite, celle des anonymes qui pourtant ont tous laissé une trace dans les archives. Je vous souhaite une bonne visite et vous laisse découvrir Trans en Provence.

Mes autres blogs :

Passion Provence

http://www.passionprovence.org/

La Gazette de Nadine 

http://www.gazettedenadine.com/

Mes nouveaux blogs : 

Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui

villagedetrans83.fr

Cimetières de Trans en généalogies transianes

http://www.cimetierestrans.org/

 

Posté par Nadine de Trans à 23:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 novembre 2022

Trans en 1835 vu par l'historien Etienne Garcin

Qui était Etienne Garcin ?

Etienne Garcin est né à Draguignan le 16 avril 1784 et décédé dans cette même ville le 23 novembre 1859 à 75 ans.

Instituteur de profession, il mena une longue carrière de poète et d'écrivain ; son oeuvre écrite rassemble à la fois un roman de première importance — étant donné le genre et l'époque — dans les lettres d'oc, La Roubinsouno prouvençalo, qui conte l'adaptation d'un microcosme provençal sur une île à la suite d'un naufrage — un dictionnaire destiné à aider les locuteurs de langue provençale à passer au français — ainsi qu'un important "Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne", en deux volumes. 

Je vous propose de lire la page de ce dictionnnaire concernant Trans et qu'Etienne Garcin a écrite en 1835. Il faut évidemment remettre tout cela dans le contexte de l'époque.

Vallée de la Nartuby

Trans : Joli village à une lieue de Draguignan son chef-lieu d’arrondissement et de canton.

Trans tire son nom du fait qu’il était bâti en deçà de la Nartubie, c’est-à-dire du côté de Draguignan avant de descendre s'installer dans la plaine. On en découvre quelquefois des vestiges au quartier de Saint-Victor et près de la chapelle de ce nom. La voie romaine qui de Fréjus allait à Riez, suivait la rive gauche de la Nartubie depuis le village de la Motte et passait par Meyas hameau toujours existant, jusqu’à Draguignan, à-peu-près au même endroit où se trouve ce qu’on appelle encore le vieux chemin de la Motte.

Vers le milieu du siècle dernier (XVIIIème), on découvrit une pierre milliaire en face de la terre de Valbourgés ; en octobre 1834, j’en ai reconnu une moi-même près de la chapelle de Notre-Dame de Vallauris, trouvée depuis peu dans la terre ; elle est en granit foncé, et porte une inscription assez dégradée pour en rendre la traduction difficile. A ce même quartier on a découvert, à différentes époques, plusieurs pièces d’antiquité qui n’étaient pas sans intérêt. J’y ai reconnu plusieurs tombeaux en briques, des lacrymatoires, des lampes sépulcrales, des amphores en verre bleu, un dessus de tombeau en calcaire, ayant aux deux angles de devant une tête d’enfant, et sur la face la figure d’un animal fabuleux. Dans ces différents tombeaux il y avait des médailles à l ’ effigie de l'empereur Trajan ; et ailleurs, d’autres médailles à l’effigie de César-Auguste, d’Agrippa, de Germanicus, de Maxime et d’autres indéchiffrables. On y voit encore plusieurs pierres de granit qui ont dû appartenir à un édifice romain ; quatre sont rondes comme le fût d’une colonne. En ce même endroit, il y a dans la terre cinq bassins en amphithéâtre, élevés en gradin chacun de neuf pouces en sus de celui qui vient après. Ils donnaient de l’eau à un plus grand bassin ; ils sont tous en mastic très-solide et bien conservé. Il paraît que la petite source qui vient grossir le ruisseau en dessous de la chapelle fournissait à ces bassins ; mais qu’une révolution ou une obstruction dans le canal lui a fait changer son cours. Dans le grand bassin, j’y ai trouvé des écailles d’huîtres de l’océan, preuve incontestable que près de là se trouvait une belle villa ou maison de campagne, appartenant à une famille romaine très opulente. En février 1833, on a trouvé au quartier du Gabre plusieurs médailles en bronze, dont les mieux conservées sont, une d’Adrien, une d’Agrippa et une de Julia Marsa (ou Maesa) Augusta ; elles étaient près d’une belle urne cinéraire intacte, renfermée dans un vase de grès avec son couvercle. Le bourg de Trans devint bientôt un lieu considérable. La baronie de Trans, ainsi que les terres des Arcs, de la Motte, d’Esclans et autres lieux, furent inféodées, en octobre 1201, à Giraud Ier de Villeneuve, par Ildephonse II, comte de Provence, pour les bons et loyaux services que Giraud avait faits tant au roi d’Aragon son père qu’à lui-même, en plusieurs diverses et importantes occasions de paix et de guerre, et le beau et honorable train qu’il avait toujours tenu auprès de leurs personnes, avec beaucoup de prudence et de sagesse. Trois siècles plus tard, Louis XII, voulant aussi récompenser les anciens services d’un descendant de Giraud, Louis Ier de Villeneuve, baron des Arcs et de Trans, chambellan du roi Charles VIII, commandant son armée navale, ambassadeur à Rome, érigea, par lettres patentes données à Blois en février 1505, la baronie de Trans en marquisat, titre qui n’existait point encore dans ce royaume. Aussi, Louis de Villeneuve et ses héritiers investis du même droit, s’appelèrent-ils premiers marquis de France. Vingt-trois terres ou châteaux dépendaient de ce marquisat. Louis de Villeneuve, à qui Charles VIII avait donné la principauté d’Avélino près de Naples, était surnommé "Riche l’honneur". Son fils unique fut tué, en juillet 1516, à côté de François Ier. Bayard et Gaston de Foix répandirent des larmes amères sur la tombe de leur digne ami. Le château seigneurial de Trans, un des plus forts de la contrée, était près de l’endroit où se trouve la jolie maison commune.

Trans-Prise du château 23

Prise du château de Trans le 23 mai 1579 (Gravure que j'ai trouvée dans un livre sur l'histoire de la Provence)

En 1579, le seigneur d’Estoublon, à la tête d’une troupe de razats, vint l’assiéger ; et, le 23 mai, il l’enleva d’assaut, malgré les prompts secours que le baron de Vins lui apporta, et malgré la bravoure du seigneur du lieu, et le courage héroïque de sa femme, qui était la fille du comte de Carcès. Cette dernière fut sauvée du carnage par le baron des Arcs qui la couvrit de son manteau. Le plus jeune de ses enfans, encore à la mamelle, fut abandonné à la fureur des vainqueurs. Au moment où il allait être poignardé, un soldat d’Estoublon, tout razat qu’il était, en eut pitié, l’acheta sept sous et demi, et le confia aux soins d’un muletier de Draguignan, nommé Trabaud, qui en eut grand soin ; à telle enseigne qu’il devint commandeur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Les autres enfants furent faits prisonniers ; mais le baron de Trans, Claude Ier de Villeneuve, et plus de six cents de ses défenseurs furent passés au fil de l’épée. Le château fut détruit ce jour-là. Il n’en reste d’autre vestige que le bas d’une tour. Le village de Trans est très bien bâti. La Nartubie baigne ses murs. Cette rivière vient quelquefois si grosse, qu’elle inonde les rues et menace d’entraîner l’habitation. Les eaux passent habituellement sous trois ponts peu distans les uns des autres, et se précipitent dans un gouffre profond, formé par d’énormes rochers de tufs qui représentent les plus belles horreurs qu’on puisse voir. Les belles cascades de Trans, quoique au bord de la route, sont presque ignorées, parce qu’elles n’ont pas eu un Vernet pour les peindre, ni un Pétrarque pour les chanter. Cependant elles sont dignes du pinceau de l’un et de la plume de l’autre. Le climat de Trans est tempéré, et l’air très sain. Il y avait autrefois dans le pays des moulins à foulon, une belle filature pour la soie, et une fabrique d’organsin, la première qui ait été connue en Provence. On n’y voit plus aujourd’hui qu’une petite filature à soie, des moulins à huile et à farine, un tournant pour les taillandiers du pays, des scieries à planches, et une scierie à marbre qui vient d’être convertie en scierie à bois pour placage et marqueterie, qui doit fournir à tous les ébénistes de la Provence. On est étonné que le commerce de Draguignan n’ait pas encore songé à établir dans ce village une papeterie et même une filature pour le coton, car, quoique Trans soit une commune particulière, il peut être considéré comme un faubourg du chef-lieu. Ces deux établissemens augmenteraient l’habitation d’un tiers, et procureraient une nouvelle aisance qui n’est point à dédaigner. La plaine de Trans est fertilisée par les eaux de la Foux de Draguignan qui nourrit de bonnes truites ; celles du ruisseau de Vallauris sont favorables aux écrevisses. Le territoire produit du blé, du vin, des légumes, du chanvre, des plantes potagères et surtout de l’huile d’olive. Il y a de belles pépinières de toutes sortes d’arbres fruitiers et d’agrément. Le pays est renommé pour sa bonne clairette, sorte de vin blanc très agréable au goût, mais un peu capiteux. On y fabriquait de l’excellent ratafia, qui était recherché dans les environs. Les distillateurs sont trop riches aujourd’hui pour continuer une industrie à laquelle ils doivent leur fortune.

Population 1.300 habitants.

Source : Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne - E. Garcin - 1835

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui

Auberge du Vieux Moulin-Claudius Lambert

Moulin à huile communal et Auberge du Vieux Moulin

Nouveau

Un amical bonjour à mes lectrices et lecteurs,

je vous informe que dès à présent vous pouvez découvrir un tout nouveau blog que je viens de mettre en ligne et qui concerne Trans en Provence. Il s'intitule : "Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui."

Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui (villagedetrans83.fr)

J'ai pris toutes les cartes postales en ma possession ou trouvées sur le net au fil de mes recherches et je les ai présentées dans des articles classées par thèmes. J'ai fait apparaître également des albums-photos dans la colonne de gauche que vous pouvez consulter à votre guise. J'ai mis des commentaires quand j'ai jugé cela utile sinon je vous renvoie à mes articles sur "Trans en Provence au fil de la Nartuby" avec le lien direct pour y aller. Je vous laisse donc découvrir ce nouveau blog et je l'espère pour vous, faire des découvertes intéressantes. Je vais continuer à l'alimenter au fur-et-à-mesure de mes trouvailles. Sachez que pour l'instant 245 cartes postales vous attendent.

Un grand merci à vous ! 

Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui

Carte postale "Souvenir de Trans en Provence" Carte postale "Souvenir de Trans" avec deux cartes postales de Trans en format réduit à droite et un brin d'olivier à gauche Carte postale "Un bonjour de Trans" Carte postale porte-bonheur multi-vues : neuf cartes postales en format miniature à l'intérieur d'un trèfle à quatre feuilles.

http://www.villagedetrans83.fr

Corso-fleuri-1926--5-

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2022

Des Salles aux Eyssares

 Eyssares

 On constate souvent que l'on rencontre dans les cadastres modernes, c'est-à-dire ceux mis en place à partir du XIXème siècle, des erreurs commises dans la transciption de certains noms de lieux par le scribe d'alors. Il semble que dans la plupart des cas, ces erreurs soient dues au fait que les rédacteurs du cadastre étaient parfois étrangers à la Provence (ceci est valable pour les autres régions de France d'ailleurs) et que de ce fait ils ignoraient le sens des mots qu'ils transcrivaient. C'est ainsi par exemple que l'on peut citer une bévue relativement fréquente dans le cadastre de Draguignan, qui a fait transformer le quartier ou le chemin des ARENIERS (désigne des lieux sabloneux) en quartier ou chemin des ARAIGNEES (ce qui n'a rien à voir avec ces charmantes petites bestioles).  

C'est ainsi que l'on peut citer le cas d'un quartier rural de Trans qui est identifié dans le cadastre sous le nom de "les EYSSARES". On se demande qu'elle peut être la signification de ce nom et on pense au mot français ESSART (désigne une terre que l'on a déboisée pour la défricher). Or, il n'en est rien. Le quartier dont il s'agit s'appelle depuis le Moyen-Age : LES SALLES. C'est sous cette forme qu'il figure dans les livres terriers (ancêtres des cadastres) depuis le XVIème siècle. Nota de Nadine : A préciser qu'à Trans, le plus ancien livre terrier remonte à 1530. Ce noms des SALLES désignait simplement des maisons ou des bâtiments. Il existe dans le Haut-Var le village des Salles sur Verdon.  

A Trans, donc, lorsqu'on allait aux Salles, on disait en provençal "ANA EIS SALLOS" "aller aux Salles" avec la tendance à donner à L un son intermédiaire entre L et R. Ce que le rédacteur du cadastre du XIXème siècle n'étant pas provençal a transcrit par les EYSSARES.  

   Sources : D'après un article paru dans la revue provençale "Lou Terraire" sous le titre : "Une bévue du cadastre Transian : les Eyssares" - Auteur : Guillaume Barles.

Barre-anémone2 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

12 juillet 2022

Nostalgie des papiers d'antan (2)

 

Nostalgie des papiers d'antan (1) - Trans en Provence au fil de la Nartuby

Je partage avec vous quelques enveloppes trouvées sur internet ainsi qu'une facture à en-tête. La première vient des établissements Corneille et Fabre à Trans, elle est datée du 21 février 1862. Messieurs Corneille et Fabre étaient les propriétaires de la filature de soie. Elle est adressée à des négociants à Lyon.

http://www.transenprovence.info

Jules Maurin-Huile d'olive

Il s'agit d'une carte postale :

En haut, République française

Carte postale

(Ce côté est exclusivement réservé à l'adresse)

A droite : cadre pour un timbre à 10 centimes

Jules MAURIN

Huiles d'olives

à Trans (Var)

Qui était Jules Maurin ?

Plaque famille J

Jules Roger Maurin était né le 28 juillet 1858 à Trans et mort le 8 août 1923 à Trans en Provence. Il était négociant et avait reçu plusieurs médailles au cours d'expositions pour la qualité de ses huiles d'olives. Il était Chevalier du Mérite agricole. Il avait épousé le 22 février 1886 à Trans, Laurence Philomène Françoise Douguet qui était née le 21 décembre 1865 à Trans et décédée le 26 octobre 1942 à Trans en Provence.

 Dans mon nouveau blog, dans lequel j'ai étudié toutes les tombes du vieux cimetière pour l'instant, je compte faire le nouveau cimetière, mais c'est un travail très long et fastidieux... 

Voilà mon étude du tombeau de la famille Maurin-Douguet-Soldevila

71 - Tombeau des familles Maurin-Douguet-Soldevila - Cimetières de Trans en Provence et généalogies transianes

Ce tombeau est encore entouré de ses grilles et de ses chaînes Familles J.Maurin L. Douguet A mon époux regretté Maurin Jules Né le 28 juillet 1858 Mort le 8 août 1923 Vers toi toujours toutes mes pensées A notre père bien aimé Raymond Soldevila Que représentent les lettres M.D ?

http://cimetierestrans.canalblog.com

Jules Maurin-Huiles d'olives du Var

Papier en-tête avec sur la gauche une vue du village 

Huiles d'olives du Var

Plusieurs Médailles aux diverses Expositions et Croix de Mérite

Jules Maurin

Chevalier du Mérite agricole

Entrepôt & Consignation d'Huiles de Propriétaires Récoltants

A Trans (Var)

*********************

Lessive Le Conte

LESSIVE PERFECTA

"A la Bonne Niçoise"

 P. Le Conte

Fabricant

Trans (Var)

Voici une publicité pour la lessive Perfecta qui était fabriquée à Trans par Paul Le Conte. Qui était-il ? 

 Paul Le Conte était né le 27 février 1868 à Narbonne dans l'Aude et il est décédé le 11 septembre 1916 à Trans. Sa femme, Henriette Rose Augustine Zénobie Raynaud était née le 24 novembre 1869 à Trans et elle est décédé le 3 février 1960 à Trans en Provence. Dans les actes, Paul Le Conte est qualifié de négociant ou d'industriel (savon, lessive).

312 - Tombeau de la famille Le Conte-Raynaud - Cimetières de Trans en Provence et généalogies transianes

Ce tombeau porte le numéro 312 dans la liste des concessions du vieux cimetière. Il est aux noms de Leconte-Raynaud. Priez pour eux Famille Paul Le Conte Henriette Le Conte Née Raynaud Alberte Peytral née Le Conte Henriette Le Conte née Raynaud Albertine Peytral née Le Conte Alberte Marie Thérèse Le Conte était née le 21 mai 1904 à Trans et elle est décédée le 9 avril 1997 à Draguignan.

http://cimetierestrans.canalblog.com

****************

Manufacture de bouchons-Gay François 

Manufacture de bouchons en tous genres

GAY François

A Trans (Var)

Qui était François Gay ? Dans les actes, il est successivement qualifié de bûcheron, fabricant de bouchons, propriétaire. Il était né le 7 octobre 1837 au Muy et il est décédé le 25 mai 1914 à Trans. Il s'était marié le 18 août 1958 à Trans avec Antoinette Thérèse Blanc qui était née le 29 avril 1840 à Trans. Il était le fils de Jean Pierre Gay, bûcheron, né le 6 décembre 1789 à Saint-Paul-les-Fayence (Saint-Paul-en-Forêt) et d'Appolonie Belmondis, cultivatrice.

*******************

Quincaillerie Antoine Giraudo

 Il s'agit d'une lettre à en-tête au nom de la Quincaillerie provençale 

Outillages en tous genres 

Giraudo Antoine

Trans (Var)

Elle est datée du 19 septembre 1919

La famille Giraudo était composée de quatre frères : Antoine (Antonio) , Barthélémy (Bartolomeo), Jean (Giovanni) et Daumas (Dalmasso) qui étaient nés à Vignolo dans la province de Coni dans le Piémont. Ils étaient les fils de Lorenzo (Laurent) et de Maria Serole. Il étaient tous, de père en fils marchands forains. Les trois premiers frères avaient épousé trois soeurs qui avaient pour nom Bodino :  Maria Lucia, Maria, Carolina. Dalmasso, le quatrième frère avait épousé Margherita Tomatis.

Ce sont eux qui ont fait souche à Trans et sont à l'origine de la grande famille Giraudo qui existe aujourd'hui.

**********************

 Voici quelques nouveaux "papiers d'antan" dénichés pour vous.

Je vous rappelle que j'ai mis en place un blog avec uniquement des cartes postales anciennes et modernes de Trans en Provence. Il attend vos visites. Vous y trouverez 245 cartes postales. Mettez-le dans vos favoris et venez régulièrement. Merci à vous.

Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui

Carte postale "Souvenir de Trans en Provence" Carte postale "Souvenir de Trans" avec deux cartes postales de Trans en format réduit à droite et un brin d'olivier à gauche Carte postale "Un bonjour de Trans" Carte postale porte-bonheur multi-vues : neuf cartes postales en format miniature à l'intérieur d'un trèfle à quatre feuilles.

http://www.villagedetrans83.fr

 

Nostalgie des papiers d'antan (1)

Enveloppe Corneille et Fabre 21 février 1862

Je partage avec vous quelques enveloppes trouvées sur internet ainsi qu'une facture à en-tête. La première vient des établissements Corneille et Fabre à Trans, elle est datée du 21 février 1862. Messieurs Corneille et Fabre étaient les propriétaires de la filature de soie. Elle est adressée à des négociants à Lyon. Les écheveaux de soie partaient pour Lyon dans les usines de tissage par le chemin de fer. La ligne qui passait à Trans fut inaugurée en 1864.

Enveloppe Fournial Frères 1887

La deuxième provient des établissements Fournial Frères à Trans, elle est datée de 1887et a été envoyée en recommandée. 

Enveloppe Fournial Frères 1888

La troisième vient des mêmes établissements Fournial. En haut de l'enveloppe on lit : Grande caisserie mécanique. Caisse de tous genres. Débitées et livrées en bottes prêtes à être clouées. Monsieur Honoré Fournial (L'aîné) était un grand industriel transian. Il avait développé plusieurs industries (Scierie, Caisserie, Contre-plaqué, etc) ainsi que l'usine électrique sur la Nartuby qui produit toujours de l'électricité mais également celle de La Motte. C'était l'énergie motrice de l'eau qui permettait à toutes ces usines de fonctionner. On peut encore voir des vestiges des dérivations qui permettaient à la rivière d'amener l'eau pour faire tourner les turbines. L'enveloppe est oblitérée de 1888.

Papier en-tête Guiol et Dany 1893

Le quatrième document est une lettre à en-tête des établissements Guiol et Dany. On lit dans le coin gauche : Fabrique de savons et d'huiles d'olive. Marques déposées. Usines à vapeur à Trans (Var). La lettre porte la date du 2 novembre 1893.

J'en ai d'autres en réserve. Patientez jusqu'aux prochaines correspondances...

Usine-electrique-et-chutes

L'usine électrique vue du pont Bertrand

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 juin 2022

Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins

Les 25 et 26 juin 2022, ce sont les Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins partout en France.

Trans en Provence participera à ces deux jours. 

Le samedi 25 juin, une chasse aux énigmes est organisée l'après-midi de 13h45 à 15 h. Départ place de l'Hôtel de ville (participation sur inscription et limitation à 50 personnes).

Le dimanche 26 juin, vous êtes invités à une découverte de Trans en Provence et de ses moulins.

Marie-France Guigonis, présidente de l'Escolo dei Moulin, vous fera visiter le village, son église et ses chapelles (limité à 20 personnes). Une vidéo sur les moulins vous sera présentée dans l'après-midi à la salle polyvalente.

Affiche patrimoine de pays 2022

Très bonne découverte de notre patrimoine !

 

Posté par Nadine de Trans à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,