Trans en Provence au fil de la Nartuby

Bienvenue à Trans en Provence

J'ai mis en place ce blog sur Trans en Provence pour parler de mon village, de son histoire, de ses habitants, de son passé tout simplement... pour qu'il en soit un petit peu la mémoire. Je ne suis pas historienne, ni spécialiste en quoi que ce soit, mais je suis curieuse de tout. Mes recherches généalogiques m'ont conduite à m'intéresser à l'histoire, la grande et la petite.  

Mon autre blog :  Passion Provence 

http://www.passionprovence.org

Posté par Nadine de Trans à 23:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 janvier 2019

La coopérative vinicole La Transiane (2)

Je remets un article que j'avais passé le 10 septembre 2014 (voilà pourquoi je parle de la période des vendanges). Il est un complément à celui que je viens de taper et qui décrit la coopérative. Je suis contente d'avoir enfin trouvé une photo de notre coopérative La Transiane vue de près. 

Trans-Chapelle-Notre-Dame-et-cooperative-vinicole

Carte postale des années 70 sur laquelle on voit la coopérative vinicole (le grand bâtiment blanc à droite).  

   Etant en pleine période des vendanges, il me semble à propos de vous parler de la dernière assemblée générale de la coopérative vinicole qui eut lieu en 1988. C'est Robert Gerbino qui m'a passé cette coupure de journal et je l'en remercie. La coopérative vinicole de Trans a été démolie en 1990 ou 1991.  

   "Depuis de nombreuses années, la viticulture est en déclin sur notre commune. Le développement de l'immobilier, la spéculation foncière, la rentabilité insuffisante de certains cépages, la concurrence imposée par le marché commun et le peu d'entrain manifesté par les jeunes pour assurer dans ce domaine la relève de leurs aînés ont, en effet, accentué le recul de la vigne, le plus souvent au profit de l'urbanisation. Conséquence de cette évolution, la coopérative vinicole de Trans construite en 1940 dans une période faste pour les vins du terroir, a eu au cours de ces dernières années, devant la diminution des apports et la restriction des débouchés, parfois du mal à gérer excédentairement la production de ses viticulteurs. Ainsi, la constatation d'un manque de rentabilité réitéré entraînant des difficultés de trésorerie, ne remettant cependant nullement en question la qualité des vins produits, ont déterminé le conseil d'administration de la coopérative à prononcer il y a environ un an, la fermeture de celle-ci et à conclure un accord avec la coopérative de Draguignan, afin que cette dernière accueille l'ensemble des cépages Transians. Malgré ce transfert définitif de responsabilités dès la saison 1987-1988, le conseil d'administration a continué à gérer la récolte 1986-1987 et lundi soir devant une trentaine de coopérateurs, il présentait pour la dernière fois les comptes financiers de l'excercice précité. Après avoir lu et fait approuver à l'unanimité des membres présents le procès verbal de la dernière assemblée générale du 28 août 1986, le président Monsieur Gerbino aidé par son commissaire aux comptes, Monsieur Ballatore, se mit à détailler l'excercice financier de la saison 1986-1987. Durant les vendanges 1986, la coopérative a reçu 733 230 kg de raisin, dont 12 230 kg d'hybrides, qui ont produit 5 871.40 hectolitres de vin parmi lesquels 5 198.40 hectolitres sont constitués de vins marchands. Les recettes d'exploitation portant sur les ventes tous frais déduits et comprenant entre autres les A.O.C., les clairettes, la vente en coopérative, la ventilation de la production et la consommation familiale en vins divers s'élève à 1 803 523.75 F. Ces recettes sont en augmentation par rapport à 1985 qui est essentiellement due à un accroissement substantiel de la production de 1986. Les charges diverses règlées et les subventions diverses enregistrées en trésorerie, on constatera finalement que pour cet excercice le bénéfice s'élève à 1 125 572.78 F. Le compte des coopérateurs présente de son côté un bénéfice de 540 277.28 F. devant être prochainement réparti entre les coopérateurs. Après des éclaircissements apportés par Monsieur Ballatore sur des points comptables, réglementaires et sur la modalité de la fusion contratée avec Draguignan, Monsieur Gerbino clôturait la séance en proposant la distribution d'un reliquat de 120 bouteilles de mousseux invendues aux coopérateurs présents.  

   Source : Var-Matin du samedi 13 août 1988.

 

La coopérative vinicole La Transiane (1)

 

Coopérative vinicole la Transiane

La cave coopérative "La Transiane" a été créée en 1940. La date de construction figurait sur le pignon ouest. En 1979 cette cave a vinifié 7 290 hectolitres dont 2 063 hectolitres d'A.O.C. côtes-de-provence. 171 viticulteurs y adhéraient. Elle fut fermée en 1987 et démolie en 1990 ou 1991 pour faire un parking.

 Description

Situation : la cave se trouvait à l'entrée de Trans, tout près de l'intersection de la route qui mène à Draguignan. Le terrain qui bordait la rue s'étendait plus largement à l'arrière où se trouve un canal. Au sud du terrain, se trouve la chapelle Notre-Dame. La façade ouvrait à l'ouest sur la rue.

 Structure : le bâtiment principal, dont le pignon donnait sur la rue, semblait avoir été allongé vers le sud. La réception était derrière, à l'est, sous un auvent de tôle. Le pont-bascule était situé au sud-est.

Élévations extérieures : élévation ouest : la partie intéressante était le pignon qui se trouvait à l'extrémité nord de la façade. Au rez-de-chaussée : une grande porte en plein cintre, à grosses moulures plates, était décorée d'une clef qui semblait porter la moulure horizontale. De chaque côté de la porte se trouvait un décor de fausses poutres en béton. La moulure transversale se continuait sur toute la façade, surmontée vers le sud par trois oculi.

Source  : Inventaire général du Patrimoine culturel région Provence-Alpes-Côte d'Azur en ligne.

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 janvier 2019

La fresque consacrée à Saint Roch

St Roch 1

St Roch 2

Saint Roch est le saint patron de Trans en Provence. On dit que lors d'un pèlerinage à Rome, il passa par notre village alors dévasté par la peste, et que grâce à son intercession, le fléau s'arrêta, et Trans fut épargné. En souvenir de sa visite à Trans, la paroisse a réalisé et financé il y a quelques mois, la fresque qui se trouve derrière l'église, sous le porche de la maison paroissiale. Cette fresque que chacun peut admirer a été réalisée par l'artiste Karol Kobryn.

Source : D'après le Bulletin paroissial de septembre 2018.

Je mets également ci-dessous le lien pour que vous puissiez aller lire l'article que j'avais fait sur la chapelle Saint Roch qui raconte l'histoire de notre saint patron.

La chapelle Saint-Roch - Trans en Provence au fil de la Nartuby

Notre fête locale a lieu au mois d'août pour la Saint-Roch. Mais quelle est l'origine de cette fête ? Dans les premières années du XIVe siècle, si l'on en croit la tradition, se serait produit l'un des évènements les plus importants de l'histoire religieuse de Trans. 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 décembre 2018

Escolo Dei Moulin - Moulins de Trans en Provence et vieux métiers

 

L'association transianne de langue provençale : "L'escolo dei Moulin" (L'école des moulins) présente un diaporama sur les moulins à huile de Trans ainsi que sur différents métiers d'antan. Je ne résiste pas au plaisir de le partager avec vous et vous souhaite une bonne lecture. Je vous renvoie également à mon article consacré aux meuniers de l'huile dont voici le lien :

Les meuniers de l'huile - Trans en Provence au fil de la Nartuby

Au cours du XIXè siècle, il y a eu à Trans entre 20 et 25 moulins à huile. Un des derniers construits fut celui de la famille Audibert (dont la descendante habite toujours Trans) qui est devenu de nos jours le restaurant le Moulin de la Gardiole.

http://www.transenprovence.info


 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 octobre 2018

Exposition : 1918... la fin de l'enfer

1918

Posté par Nadine de Trans à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Des nouvelles de Nadine

Bonsoir à toutes et à tous,

l'exposition ainsi que le spectacle ont été un succès le dimanche 7 octobre. Il y avait énormément de monde. J'étais ravie, tout ce passait à merveille. Le lendemain tout a basculé. Je faisais la permanence du lundi après-midi et là, je me suis prise les pieds dans les pieds d'un panneau. Je suis tombée et après avoir été conduite à l'hôpital par les pompiers, on m'annoncé que mon poignet droit était cassé. Mon radius était en miettes. J'ai été opérée le lendemain et le chirurgien m'a posé une plaque et des vis. Je suis rentrée chez moi le vendredi. Pour se débrouiller avec la main gauche quand on est droitière, je ne vous raconte pas la galère ! Bref, j'en ai pour 6 semaines si tout va bien. Alors donc, pour le moment je ne peux pas écrire. 

Si vous voulez voir des images de l'exposition et du spectacle, il faut aller sur le site de la mairie de Trans en Provence. Voilà le lien : https://www.transenprovence.fr/index.php/le-village/actualite-archives/814-exposition-et-spectacle-sur-notre-commune-de-trans-en-provence

Je vous dis à plus tard fidèles lectrices et lecteurs. A présent, je n'ai plus qu'à prendre mon mal en patience. Merci de continuer à venir lire mon blog tout de même, il y a sûrement des articles que vous n'avez pas lu ou que vous désirez relire. 

Nadine

Posté par Nadine de Trans à 00:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 septembre 2018

Exposition : Trans et les Transians au fil du temps

Bonjour à toutes et tous,

vous avez remarqué que je ne poste plus d'articles en ce moment. En fait, je n'ai pas le temps car je prépare mon exposition de photos et cartes postales anciennes de Trans en Provence. La paroisse reçoit Monseigneur Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, pendant quatre jours au mois d'octobre et Monsieur le curé m'a demandé de présenter à nouveau l'exposition que j'avais faite en 2006 à l'Hôtel de ville. Cette exposition avait eu à l'époque un énorme succès et j'avais vu défiler pendant neuf jours plus de 2 000 visiteurs, ce qui a été pour moi une sacrée surprise et une magnifique reconnaissance de mon travail. Donc, cette nouvelle exposition, enrichie d'autres panneaux de photos et de cartes postales, sera présentée du 7 au 10 octobre 2018 à la salle polyvalente de Trans en Provence. Le 7 octobre, à 19 heures, il y aura l'inauguration de mon exposition : "Trans et les Transians au fil du temps", puis à la suite, un spectacle intitulé : "Trans au fil des siècles" présenté par les paroissiens de Trans en Provence et de La Motte qui dure environ une heure et qui résumera l'histoire, au combien riche, de notre village. Ensuite, un buffet dinatoire offert sera proposé.

Je mets ci-dessous le deux affiches de ces manifestations.

Trans et les Transians au fil du temps-Exposition affiche

TRANS EN PROVENCE Spectacle affiche

Dans la semaine, l'exposition sera ouverte de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h. J'espère que les Transians seront à nouveau fidèles comme en 2006 et viendront nombreux se replonger dans leur passé. Je serai présente l'après-midi des 8, 9 et 10 octobre. Un grand merci d'avance à vous toutes et tous.

Bonne exposition et bon spectacle !

 

Posté par Nadine de Trans à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2018

La chapelle Notre-Dame de Pitié


Chapelle Notre-Dame 1

Chapelle Notre-Dame 2


Chapelle Notre-Dame 3

 

Posté par Nadine de Trans à 09:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 mars 2018

Visite de l'église paroissiale

Eglise 1

Notre église paroissiale est placée sous le vocable de Saint Victor. Elle fut consacrée le 22 novembre 1496. La nef latérale lui fut rajoutée entre 1767 et 1770. L'église que vous découvrez, dans sa simplicité actuelle, a fait l'objet d'une restauration intérieure dans les années 1983-1989. Eclairez-vous si vous le jugez utile, et commencez la visite par la petite nef. La porte que vous venez de franchir a été réalisée dans le style de la porte centrale par un ébéniste transian en 1999. 

Après la statue de Sainte Rita, le premier autel est dédié à Saint Sébastien dont quelques reliques furent déposées dans le maître-autel le jour de la consécration de l'église. Capitaine de la compagnie des gardes, Sébastien fut martyrisé sous la persécution de Dioclétien en 288. Le vitrail de cet autel ainsi que le troisième de la nef ont été réalisés par A. Doumerc, peintre verrier à Toulouse. Admirez leur finesse. A gauche de l’autel, la statue de Saint Antoine de Padoue. Le deuxième vitrail est l'œuvre de Didron, maître-verrier parisien. Il représente la "Descente aux Enfers" de Jésus pour sauver les Justes de l'Ancien Testament. Regardez bien et essayer de reconnaître les personnages représentés. Vous pouvez vérifier vos réponses avec le descriptif placé devant l'autel dédié à saint Michel archange. A droite remarquez la belle statue de Sainte Justine. L'autel suivant est celui de Saint Joseph. Le bas-relief retrace sa vie de travail et de famille avec Jésus. La statue est l'œuvre de Gatard, statuaire de renom à Marseille ; elle a été offerte par une personne anonyme de notre paroisse en souvenir de sa fille ; elle "demande en échange un pater et un avé pour le repos de son âme". De part et d'autre de cet autel on trouve les statues de Sainte Thérèse à gauche et de Sainte Madeleine à droite. En face, entre les deux nefs, le monument pour les enfants de Trans tombés au champ d'honneur pendant les deux guerres mondiales et l'autel de Sainte Jeanne d'Arc inaugurés le 16 mai 1920, l'année même de la canonisation de Jeanne.

Eglise 3

Vous arrivez devant l'autel du Saint Sacrement. La petite veilleuse rappelle que, pour les catholiques, le Seigneur est présent parmi nous et les invite à prier. Vous êtes dans une partie de l'église du XIII siècle comme l'indique la croisée d'ogive de la voûte. Cet autel de style gothique a été réalisé au XIX siècle en pierre de Grenoble."La pierre sculptée qui forme le tombeau est d'un seul bloc. On y voit dans un médaillon de bonne exécution la Mère admirable filant sa quenouille" (Conseil Paroissial). Cet autel a été aménagé et restauré en 1993 par deux transians, Messieurs Imbert et Lanne, pour recevoir la statue de Notre-Dame de Saint Victor, vierge polychrome du XVI siècle sculptée dans un tronc de noyer. Cette statue a été sauvée de la destruction en 1793 par un jeune transian, Jean Bertrand, qui est allé la chercher dans le canal des Vignarets où elle avait été jetée par les révolutionnaires. En pleine nuit, à ses risques et périls, il la transporta dans un petit cabanon sur la colline de Saint Victor, l'enfouit sous un tas de foin et, le jour suivant, rendit ce cabanon inaccessible en le masquant avec une provision de bois d'olivier. Passé la tourmente, le cabanon devint un oratoire familial où, de sa niche, Marie veillait sur les siens. Au moment de la vente du terrain, la famille Agnès, héritière de la famille Bertrand, emporta la statue et la conserva chez elle à Toulon. En 1993, elle décida de la restituer à la paroisse de Trans, pour qu'elle retrouve, deux siècles après, une place honorable dans l'église. Derrière la statue, caché en partie, le tableau du Rosaire représente Marie entourée de Saint Dominique et de Sainte Catherine de Sienne. Il date du XVII siècle. A votre droite, un vitrail réalisé par Didron, représente l'adoration des Mages. "La finesse de ton des couleurs charme et captive le regard, la pureté des lignes et l'expression étonnante de toutes ces figures ravies, de toutes ces grandeurs humaines abaissées devant l'Enfant Dieu et la Sainte Famille, Marie et Joseph, dans la pose calme et majestueuse de leur divine destinée remplissent d'admiration le connaisseur, comme celui qui est le plus étranger aux œuvres d'art".

Eglise 2

En vous dirigeant vers le chœur, regardez à droite la statue de Saint Victor du XIX siècle. Dans le chœur, le retable avec son maître-autel (autel où le prêtre célèbre la messe) en bois sculpté, peint et doré a été réalisé en 1690 pour la chapelle Notre-Dame et transféré à l'emplacement actuel en 1989 (classé). Le tableau est de 1687 ; il a été peint par un certain J.L. Gasiaud (autant qu'on puisse déchiffrer) ; il représente une descente de croix. Les boiseries datent des XVII et XVIII siècles. Elles ont été restaurées en 1996 par la Municipalité. De chaque côté sont exposés dans des niches les bustes-reliquaires de Sainte Justine à droite (1712 ) et de Saint Victor à gauche ( 1702 ). Sous les arcs, sont placés deux tableaux : à droite Saint Vincent diacre et martyr en 304 ( XVII - XVIII ? ) , à gauche Saint Antoine, ermite ( XIX ). Derrière le retable, on voit trois vitraux : au centre, caché en partie, Marie couronnée par la Trinité avec Saint Victor et Sainte Roseline à ses pieds - à droite Saint Paul - à gauche Saint Pierre. A droite du chœur, vous voyez "l'ambon" qui est la partie inférieure de l'ancienne chaire de l'église datant de 1865. A gauche du chœur, vous découvrez une croix en plâtre dorée et ornée des signes des évangélistes aux quatre extrémités, puis la statue de Sainte Roseline, bénite le 8 juin 1851. Cette sainte est particulièrement vénérée dans la région puisque son corps est visible dans la chapelle qui porte son nom, sur la commune voisine des Arcs. On peut la visiter. Regardez attentivement au dessus de l'orgue le tableau peint sur bois. On peut imaginer être devant un triptyque parce qu'il manque l'arrière-train du petit cochon. En fait, le peintre a séparé le tableau en trois parties : au centre Saint Antoine, à droite Saint Honorat, et à gauche Saint Martin. Il date du XVI siècle et il est classé. De chaque côté, se dressent deux colonnes torses en bois doré. Ce sont les vestiges de l'autel de 1679. L'autel suivant est dédié à Saint Roch, que l'on reconnaît à son bâton et à son chien. Les Transians ont une grande dévotion pour ce Saint qui préserva le village de la peste à deux reprises. Il est fêté chaque année le 16 août ; c'est la fête locale. L'autel suivant est celui du Sacré Cœur de Jésus. Admirez toutes ses statuettes de terre cuite. Le denier autel est dédié à Sainte Roseline. Elle est reconnaissable à son habit de Chartreuse et à ses roses. Vous voici devant les fonts baptismaux, construits à la suite d'une délibération du Conseil de la Communauté en date du 28 février 1773 et restaurés dans leur forme actuelle en 1861. C'est ici que furent baptisés les plus humbles comme les plus illustres paroissiens de Trans. Sous la tribune, admirez le tambour et son système de fermeture ; ils datent du XVII siècle. A droite, un tableau du XVII siècle représente Saint Roch entouré de Saint Christophe, facilement reconnaissable puisqu'il porte le Christ sur ses épaules, et du seigneur Gothard, noble de Plaisance (Italie), propriétaire du chien qui apportait à Saint Roch son pain quotidien. A gauche, un tableau du XVII siècle représente le martyr de Saint Sébastien avec à sa droite Saint Pons et à sa gauche Saint Clair. L'église est un lieu de prière, où se rencontrent les chrétiens et où ils retrouvent leurs ancêtres dans la foi. En sortant, regardez la façade principale "en pierres, petit blocage, d'une taille tout à fait primitive comme celle des piliers intérieurs et des arceaux de la voûte". Vous découvrirez dans le fronton, "une pierre blanchâtre, d'une toute autre qualité sur laquelle était sculpté le monogramme du Christ entouré de rayons lancéolés et surmonté de la croix".

Eglise 4

Source : Ecrit par le Père Pierrugues qui fut curé de Trans de 1992 à 2002 avec la collaboration de Nadine Barret qui a fait les recherches. Photos du site de la paroisse de Trans en Provence.

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,