Trans en Provence au fil de la Nartuby

Bèn vengudo à Tran

Souvenir de Trans

J'ai créé ce blog sur Trans en Provence parce que j'en suis originaire. J'ai voulu parler de mon village, de son histoire, de ses habitants, de son passé, pour que ce blog en soit un peu la mémoire. Je ne suis pas historienne, je n'ai nullement cette prétention, mais comme je suis curieuse de tout, j'aime bien savoir, alors je farfouille. Mes recherches généalogiques m'ont conduites à m'intéresser à l'histoire, la grande et la petite, celle des anonymes qui pourtant ont tous laissé une trace dans les archives. Je vous souhaite une bonne visite et vous laisse découvrir Trans en Provence.

Mes autres blogs :

Passion Provence

http://www.passionprovence.org/

La Gazette de Nadine 

http://www.gazettedenadine.com/

Mes nouveaux blogs : 

Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui

villagedetrans83.fr

Cimetières de Trans en généalogies transianes

http://www.cimetierestrans.org/

 

 

Posté par Nadine de Trans à 23:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 juin 2022

Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins

Les 25 et 26 juin 2022, ce sont les Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins partout en France.

Trans en Provence participera à ces deux jours. 

Le samedi 25 juin, une chasse aux énigmes est organisée l'après-midi de 13h45 à 15 h. Départ place de l'Hôtel de ville (participation sur inscription et limitation à 50 personnes).

Le dimanche 26 juin, vous êtes invités à une découverte de Trans en Provence et de ses moulins.

Marie-France Guigonis, présidente de l'Escolo dei Moulin, vous fera visiter le village, son église et ses chapelles (limité à 20 personnes). Une vidéo sur les moulins vous sera présentée dans l'après-midi à la salle polyvalente.

Affiche patrimoine de pays 2022

Très bonne découverte de notre patrimoine !

 

Posté par Nadine de Trans à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 juin 2022

Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui

Nouveau

Un amical bonjour à mes lectrices et lecteurs,

je vous informe que dès à présent vous pouvez découvrir un tout nouveau blog que je viens de mettre en ligne et qui concerne Trans en Provence. Il s'intitule : Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui.

Il y a dans "Trans en Provence au fil de la Nartuby" de nombreux albums-photos dans lesquels vous pouvez voir un bon nombre de cartes postales du village (anciennes et récentes). Pour alléger ce blog et que cela soit plus clair et plus attractif pour vous, je vous invite sur celui-ci :

 Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui (villagedetrans83.fr)

J'ai pris toutes les cartes postales en ma possession ou trouvées sur le net au fil de mes recherches et je les ai présentées dans des articles classées par thèmes. J'ai fait apparaître également des albums-photos dans la colonne de gauche que vous pouvez consulter à votre guise. J'ai mis des commentaires quand j'ai jugé cela utile sinon je vous renvoie à mes articles sur Trans en Provence au fil de la Nartuby avec le lien direct pour y aller. Je vous laisse donc découvrir ce nouveau blog et je l'espère pour vous, faire des découvertes intéressantes. Je vais continuer à l'alimenter au fur-et-à-mesure de mes trouvailles.

Un grand merci à vous ! 

Trans en Provence d'hier et d'aujourd'hui

Carte postale "Souvenir de Trans en Provence" Carte postale "Souvenir de Trans" avec deux cartes postales de Trans en format réduit à droite et un brin d'olivier à gauche Carte postale "Un bonjour de Trans" Carte postale porte-bonheur multi-vues : neuf cartes postales en format miniature à l'intérieur d'un trèfle à quatre feuilles.

http://www.villagedetrans83.fr

Corso-fleuri-1926--5-

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mai 2022

La Nartuby au fil des siècles

Var Matin

Pont Vieux - Lendemain de l'inondation (Photo Var Matin)

Au lendemain des inondations de juin 2010, la sous-préfète de l'arrondissement de Draguignan, Corine Orzechowki demande à ses collaborateurs d'effectuer des recherches sur les crues historiques de la Nartuby. C'est ainsi que les Archives départementales de Draguignan sont sollicitées. Ce sont deux employés des Archives : Jérôme Pélissier et Emilie Decuq qui prennent en charge le dossier. Au cours de leurs recherches, ils se rendent compte que la Dracénie, Draguignan en particulier et sa périphérie sont soumis depuis des siècles à des inondations semblables à celle du 15 juin. Penser que l'histoire se répète est une manière de donner un sens au présent. Mais le constat est là : les archivistes découvrent des éléments à charge. Ils remontent au Moyen-Age et attestent que ce territoire dangereux est toujours en sursis. Sa rivière : la Nartuby est imprévisible et ses eaux de ruissellement sont dévastatrices. La première trace chargée de boue et de malheur remonte à 1378. Puis, le 15 novembre 1674, un document des Archives départementales fait état d'une soudaine inondation. Plusieurs communes sont touchées : Montferrat, Châteaudouble, Ampus, Trans, Draguignan. Les dégâts sont importants mais aucune victime n'est à déplorer. En revanche, le 6 juillet 1827, une pluie torrentielle s'abat sur Draguignan. La Nartuby se gonfle et déborde. Les eaux de ruissellement venues du Malmont (mauvais mont), la colline maudite, amplifient la crue. Draguignan est touchée, Trans est dévasté. Dans le village, un pont (pont Bertrand) et une maison sont emportés par les flots en furie. Quatre personnes trouvent la mort et Draguignan compte deux victimes (voir mon article sur le sujet paru le 15 juin 2020 et dont je vous mets le lien après cet article). "On a pu savoir ce qui s'était passé par les archives des délibérations de la communauté d'habitants" explique Jérôme Pélissier. Dans ces registres, les notables ont consigné les faits : lors de violentes intempéries, les trois couvents dracénois des Augustins, des Capucins et des Observantins sont régulièrement endommagés. "Pas à cause de la rivière, mais du ruissellement pluvial". Les dommages sont également importants. Les élus lèvent un impôt en nature appelé "capage". Un homme par foyer est réquisitionné pour aller réparer les dégâts. Des mesures pour contrer les crues sont préconisées. Le pont de Trans est reconstruit avec des arches plus larges afin d'éviter les embâcles. Plus tard, au XXème siècle, la ville de Draguignan compte 12 100 âmes en 1936. Et les enjeux liés aux risques d'inondations sont importants. D'autant que les constructions se situent sur des zones inondables. "Cet agrandissement urbain ne pouvait se faire que vers la rivière et la topographie de la ville est telle que l'on se retrouve en zone inondable même si on est loin de la Nartuby". Le développement urbain est souvent confronté à des risques naturels connus. A Draguignan et à ses alentours, l'histoire l'a démontré à plusieurs reprises.

Source : D'après un article paru dans le journal Var-matin du 21 février 2016 intitulé "La Nartuby et ses crues à travers les siècles"

David Lerda, pilote professionnel de drone natif de Trans en Provence vient de réaliser une première. Des prises de vues aériennes dans les gorges de la Nartuby en crue. Voler dans une atmosphère saturée d'eau et soumise à de fortes turbulences exige une maîtrise parfaite de ce type d'aéronef, avec le risque de le voir aspiré à tout instant par les eaux furieuses. Un grand merci à David Lerda qui nous a confié ces images, montées en compagnie d' Yves Frebourg, responsable des drones à Canal.D. Vidéo réalisée le 25 novembre 2016.

Jean Claude Honnorat

*******************************

Le débordement de la Nartuby en 1827 - Trans en Provence au fil de la Nartuby

Je repasse aujourd'hui cet article du 14 janvier 2017. Il relate l'inondation meurtrière du 6 juillet 1827. Hélas, l'histoire ne fait que se répéter, souvenez-vous, c'était il y a 10 ans, les 15 et 16 juin 2010. 

http://www.transenprovence.info 

  

Posté par Nadine de Trans à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 avril 2022

Mon blog "Cimetières de Trans en Provence et généalogies transianes"

Bonjour à toutes et tous,

je vous annonce que j'ai ouvert un blog depuis plus d'un an et que je l'ai alimenté au-fur-et-à-mesure de l'avancée de mes travaux. Il est déjà visité par bon nombre d'entre vous mais je ne l'avais pas annoncé officiellement. C'est chose faite.

De quoi s'agit-il ? 

De mon blog sur l'étude des tombes du vieux cimetière de Trans en Provence.
Cimetières de Trans en Provence et généalogies transianes.
Cimetières de Trans en Provence et généalogies transianes

Pourquoi ce blog ? Il y a deux raisons à sa création. Vous le savez ou bien vous l'apprenez, j'ai déjà un blog qui parle de mon village : Trans en Provence (lien plus bas). Mais celui sur lequel vous êtes est particulier, car il est entièrement consacré aux cimetières de la commune.

http://www.cimetierestrans.org
Mon dernier article de ce blog : la synthèse
"Voilà, j'ai voulu terminer l'étude des tombes du vieux cimetière par les tombeaux qui se trouvent dans la chapelle. J'ai analysé 306 tombes y compris celles disparues lors de l'inondation du 15 juin 2010, 306 articles donc qui renvoient à autant de généalogies, plus 6 articles consacrés à l'histoire du vieux cimetière, à la généalogie, à l'inondation du vieux cimetière en 2010, etc... En tout 312 articles. J'ai également établi la généalogie des soldats morts pour la France et qui se trouvent sur le monument aux morts. J'ai aussi fait celle des victimes transianes de l'inondation de 1827 et pas que ça... Ma base de données généalogiques contient à ce jour plus de 39 000 personnes."
Toutes les familles de Trans enterrées au vieux cimetière ont été étudiées. Cela m'a pris plus d'un an à monter ce blog. Les généalogies ont été composées au fil du temps au cours de mes recherches généalogiques. Cela fait 35 ans que je recherche, étudie, farfouille et classe. Si cela vous intéresse, allez voir le blog et ma base de données de généalogie. Vous y trouverez peut-être votre famille.
Bonne lecture et bonnes trouvailles.

Monument-aux-morts-cimetière

Posté par Nadine de Trans à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mars 2022

Une curiosité : le puits aérien ?

 

Puits-aérien1

 Le puits aérien (carte postale - collection personnelle de Nadine)

Knapen

Avez-vous déjà entendu parler du puits aérien de Trans en Provence ? Le constructeur de cet ouvrage, un ingénieur belge, Monsieur Achille Knapen est venu à Trans vers la fin de sa vie professionnelle. Né à Mons en Belgique le 29 septembre 1860, il s'est éteint à Trans le 26 juillet 1941. Il est enterré dans le cimetière de la commune (au vieux cimetière, la tombe est contre le mur de la chapelle). Lauréat de la Société des Ingénieurs civils de France, Chevalier de la légion d'Honneur, Achille Knapen est connu dans notre village pour avoir bâti une construction unique en Europe : le puits aérien. Il a fallu un an et demi pour construire ce puits dont la vocation était la récupération de l'humidité atmosphérique pour fournir de l'eau potable aux contrées dépourvues de sources naturelles. C'est lors d'un "Congrès de l'eau" tenu à Alger, en janvier 1928, qu'Achille Knapen, avait fait mention pour la première fois de son projet. Ce congrès avait fait ressortir l'importance du problème de l'eau en signalant les pertes immenses que la pénurie occasionnait périodiquement pendant les années sèches aux cheptels et aux populations. A l'issue de ce congrès, les membres avaient donné leur feu vert à l'idée de Monsieur Knapen. Un site algérien sur les hauts plateaux près de Chelala avait même été envisagé pour mettre cette idée à exécution. La configuration des lieux avait été jugée intéressante par rapport à la topographie. L'idée fit quelques temps son chemin mais il semble que des considérations autres que techniques ont entravé ce projet et n'ont pas permis de le mener à son terme. Monsieur Kanpen qui était d'un caractère obstiné, ne se laissa pas abattre pour autant.

Puits-aérien2

Carte postale des années 60 - collection personnelle de Nadine

Il lui fallait absolument trouver un lieu pouvant se rapprocher climatiquement des pays chauds et il le trouva à Trans. Les travaux de mise en état furent terminés fin mai 1930. Le 14 juillet, la construction de la masse centrale, en béton de grenailles, de porphyre et de mortier de ciment était achevée, contenant le puits d'un mètre de diamètre ménagé au niveau du sol jusqu'à 9 mètres de hauteur. Le 14 juillet 1931, la calotte massive de 4 mètres d'épaisseur recouvrant les voûtes et les entrées d'air supérieures, était achevée à son tour. 

Puits aérien 1

Puits aérien 2

Puits aérien 3

Puits aérien 4

Puits aérien-intérieur

 Les ardoises les plus hautes sont encore en place, les autres ont été cassées par des vandales (Photos Monumentum site internet)

Cliquez pour regarder la vidéo directement sur You Tube


Quelques jours après, on fichait 3000 ardoises obliques et de champ sur les parois de la masse centrale revêtue d'un enduit au mortier maigre de 30 millimètres d'épaisseur.

    Dans le haut, un tuyau métallique traverse l'enveloppe de béton pour déboucher à l'extérieur et la dépasser de 50 centimètres afin de demeurer par son orifice supérieur, en contact permanent avec l'air libre.
    Les travaux de construction du puits aérien ont bénéficié de la présence à Trans de nombreux immigrés italiens qui, pour une bonne partie d'entre eux, ont quitté leur pays entre 1922 et 1923. Ces italiens avaient une réputation de bâtisseurs. Ils étaient pour la plupart des salariés des établissements Fournial. Dans la liste de ces participants à cette construction on trouve les noms de Chiambrino père et fils, Minazzo, Garro, Ferrero, Gerbino, etc...
    Précision : le dôme extérieur est constitué de pierres calcaires assemblées par du ciment gris. Ces pierres sont abondantes sur le terroir de Trans notamment au quartier de "Terre blanche". C'est là que des carrières situées à environ deux kilomètres du puits ont été ouvertes. Le transport était assuré par la famille Gerbino qui disposait de plusieurs chevaux de trait ainsi que du matériel de transport, les fameux "tombereaux", qui sont des sortes de charrettes basculantes destinées à transporter des matériaux en vrac et dont les côtés sont pleins et en forme d'auge. La capacité de ceux-ci, 2 mètres cube, était importante pour l'époque. Il était nécessaire d'atteler deux forts chevaux ensemble car les chemins étaient sinueux et en plus mauvais état qu'aujourd'hui. De plus, le poids des attelages formait en permanence des ornières, ce qui était encore plus difficile... Une fois transportées sur place, les roches étaient entassées non loin de là. L'un des équipiers de ces "muratori" (maçons en italien) surnommé "Baffi" (moustaches) passait ses journées à façonner les belles pierres, celles qui resteraient apparentes. Elles étaient ensuite amenées sur place parmi les éclats de la taille et servaient de remplissage de l'épaisseur des murs qui atteignait deux mètres cinquante.
 

Puits-aérien-et-villa-Knappen

 Le puits aérien et la villa Knapen

Hélas, le puits aérien de Trans ne tint pas ses promesses. En cherchant un climat approchant de l'Afrique, Monsieur Knapen avait songé à des températures variant la nuit de 4° en dessous de zéro à 11°. Il était loin du compte à Trans où pendant les mois d'été, les différences ne sont que de quelques dégrés. Il ne récolta donc que la valeur d'un seau dans les meilleures nuits. Le projet extrêmement valable pour la terre africaine ne connut aucune suite et c'est dommage car aujourd'hui la sècheresse y pose d'angoissants problèmes.

Puits-aérien-coupe

     Coupe schématique du puits aérien (document brochure du Syndicat d'Initiative de Trans en Provence).

    (1) le haut de la cloche avec le tuyau métallique qui prend l'air à l'extérieur
    (2) Cinq rangées d'ouvertures supérieures
    (3) Deux rangées d'ouvertures inférieures
    (4) Assise de l'ouvrage et citerne de stockage de l'eau

Sources : D'après le panneau explicatif de l'Office de tourisme situé près du puits aérien et le livre de Max Lambert (un transian) - Le puits aérien de Trans en Provence aux Editions Campanile 2002.

Je vous signale que j'ai mis en place un album-photos sur le puits aérien sur la colonne du blog.

Puits aérien-Vue aérienne

Si vous passez par Trans, n'oubliez pas d'aller voir le puits aérien. Pour en savoir plus, je vous conseille ce lien 

http://www.histoire-eau-hyeres.fr/612-puits_aerien.html

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

27 janvier 2022

Deux photographies stéréoscopiques de Trans

Je vous propose de regarder deux photographies stéréoscopiques trouvées sur le net et qui ont été prises à Trans certainement dans la deuxième partie du XIXème siècle ou au tout début du XXème. La première représente le Pont Vieux ainsi que des bâtiments industriels en fond (disparus de nos jours) et la seconde, l'hôtel de ville, la fontaine et le côté droit de la rue où l'on y voit la maison avec les trois marches, qui existe toujours, et des commerces. 

Photo stéréo Le pont vieux

Photo stéréo Vue sur la place de l'Hôtel de ville

Qu'est-ce que la stéréoscopie ? 

Un appareil stéréoscopique ou appareil stéréo est un appareil photographique rassemblant deux chambres photographiques ou deux capteurs et donc deux objectifs placés côte à côte de manière solidaire dans un même boîtier, destiné à produire commodément et dans un même instant un  couple stéréoscopique, c'est-à-dire deux photographies jumelles (mais non semblables) en vue de la restitution du relief ou, si l’on préfère, de ce que l'on appelle de nos jours la 3D. La sensation de relief dans la vision provient de ce que les deux yeux ne voient pas le même objet sous le même angle. La stéréoscopie comprend donc toutes les méthodes qui permettent d'obtenir une impression de relief, que ce soit en observant un objet à travers un instrument d'optique ou que ce soit en restituant une seule image en relief à partir de deux photographies. 

Stéréoscope

Le premier stéréoscope fut imaginé, en 1832, par Charles Wheatstone et réalisé, en 1843, par David Brewster, qui a fait connaître son invention en 1850. A l'origine, il fut conçu pour regarder simultanément deux dessins, l'un avec l'oeil droit, l'autre avec l'oeil gauche. Il ne sortit du domaine de la curiosité scientifique qu'avec l'invention et le développement de la photographie. Ce stéréoscope était composé de deux prismes à angles assez petits et dont les faces étaient légèrement convexes, de sorte que ces verres se comportaient à la fois comme des prismes et comme des lentilles. Deux photographies d'un même objet, prises de deux points de vue légèrement différents, étaient placées devant les prismes, et les centres des deux photos étaient distants de quelques centimètres.

Sources : Wikipédia et le blog de Delcampe.net

Stéréoscope

 

Posté par Nadine de Trans à 23:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,