Canon

 Un des deux canons restant à l'hôtel de ville (Photo Nadine)

Notice sur le canon ayant fait partie d'une batterie de six pièces prises à l'assaut en Corse sur les troupes de Pascal Paoli en 1768.

A la suite d'un traité conclu le 15 mai 1768 entre la France et la République de Gênes, traité qui donnait la suzeraineté de l'île de Corse à la France, 10.000 soldats français sous les ordres du comte de Marbeuf, avaient débarqué dans l'île le 5 juillet suivant. A la fin du mois, Marbeuf avait fait sommation à Pascal Paoli "de retirer ses troupes de la communication de Bastia à St Florent", Paoli qui qui espérait recevoir à brève échéance un secours de l'Angleterre refusa de satisfaire à cette injonction. L'ordre de marcher ayant été donné aux troupes royales, un certain nombre de villages, parmi lesquels ceux de Patrimonio et de Barbaggio, furent enlevés l'épée à la main. La "Gazette de France" du 15 août 1768 qui relatait cet évènement disait que le major Constant du régiment d'Eptingen et le Marquis de Villeneuve-Trans, commandant du régiment de Royal Roussillon conduisait les attaques contre les redoutes, s'y étaient fort distingués. Une des batteries de canons prises dans cette circonstance, fut apportée à Trans par le Marquis de Villeneuve et placée un peu plus tard sur la terrasse intérieure du nouveau château qui donnait sur le parc. En 1790, après le départ du seigneur pour Paris, les six pièces furent remises, d'après ses ordres à la municipalité et depuis lors elles tirent des salves à l'occasion de fêtes locales.

Auteur : l'archiviste communal Jean Barles

Nota de Nadine : De nos jours, les canons ne tonnent plus à l'occasion des fêtes. Sur les six pièces, il n'en reste plus de deux, les autres ayant éclaté. Les deux pièces restantes trônent à l'Hôtel de ville.